Une curiosité iconographique, la main énigmatique
Yves-Pascal Castel




Bootstrap Slider

Résumé : mains ouvertes, index et annulaires écartés, majeurs et annulaires joints

Une main dont les doigts sont plus ou moins écartés mis à part le majeur et l’annulaire qui restent étroitement joints. Nous appellerons cette main atypique, difficile à nommer, la main énigmatique. On la trouve représentée ainsi à toutes les époques, de l´Antiquité à la période moderne. Une des plus connues a été peinte par Le Greco vers 1578. Elle se pose bien ouverte sur la poitrine de "l´hidalgo anonyme". L’index et l´auriculaire s’écartent dans un geste presque forcé, tandis que le majeur et annulaire se serrent, étroitement joints. Effet esthétique ou bien signe mystérieux dont le sens nous échappe, les hypothèses ne manquent pas et nous éviterons de rentrer dans la polémique. Notre but est d´étudier les mains énigmatiques du département du Finistère. Si on en trouve quelques-unes sur les toiles des musées de Brest et Quimper, c´est dans les églises et chapelles du Finistère qu´on fera les découvertes les plus intéressantes.

Notre étude est une invitation à revisiter un patrimoine local parfois méconnu. Notre visite va privilégier quelques édifices particulièrement riches sur le point précis qui concerne notre sujet. Nous ferons six stations, sans préjuger que d’autres, tout aussi fructueuses, pourraient se faire en bien d’autres églises. De l´église Saint-Sauveur du Faou et du sanctuaire Notre-Dame de Rumengol en Cornouaille, on passera en Léon, Lampaul-Guimiliau, Roscoff, Saint-Pol-de-Léon, enfin Saint-Thégonnec.

Sans être exhaustif, nous visiterons ensuite un nombre appréciable d’églises et de chapelles du diocèse de Quimper et de Léon en recherchant les mains énigmatiques dans les vitraux, les lambris de plafond, les peintures murales, les tableaux, les Donations du Rosaire, les statues et groupes sculptés, les bas-reliefs, la production de style saint sulpicie, les bannières.

On la découvrira ainsi dans une multitude de gestes et de personnages parmi lesquels on peut citer les cohortes d’anges adorateurs, le Père Eternel et Jésus, tenant le globe, la main de Jésus blotti contre sa mère, la main du Christ sur la croix, la main de Marie-Madeleine qui tient le vase de parfum, les mains qui tiennent les livres des Évangélistes, et aussi les mains des simples personnages, ...

Cliquer ici pour télécharger l´article complet (document PDF)